Sélectionner une page

LE GROUPE BPCE

En partenariat avec ARTPOINT, le groupe BPCE vous offre l’expérience de l’art numérique. Découvrez chaque mois une nouvelle collection artistique et retrouvez ici les détails de l’exposition actuelle !

NATE MOHLER

Nate Mohler est un artiste des nouveaux médias basé aux États-Unis. Ses savoir-faire vont de la peinture digitale aux installations génératives et au mapping en passant par la sculpture et la vidéo. Ses créations gravitent autour du médium technologique qu’il utilise pour construire des expériences conceptuelles et avant-gardistes. Nate est diplômé de l’UCLA en 2019 avec un Bachelor d’art en Design et nouveaux médias.

Dans ses créations, Nate brouille les frontières entre le réel et le virtuel pour inciter l’action et susciter le questionnement du spectateur. Il a été commissionné par la ville de Culver City pour créer une fontaine de lumière intéragissant avec le flux de l’activité numérique de la ville. Nate a également collaboré avec d’autres artistes pour créer des sculptures animées, des mapping vidéos, en se basant toujours sur les phénomènes sociologiques et les enjeux actuels de notre société. Mohler considère chaque projet comme une occasion de susciter des émotions, de remettre en question la pensée ou de soutenir le changement social.

LONDON ORANGE
“Painted Cities” explore le subconscient et l’imagination de l’intelligence artificielle pour créer la mémoire et l’état de rêve d’une ville par la fusion du mouvement et de l’encre. Les peintures numériques sont créées en utilisant de multiples formes d’IA, en particulier le transfert de style neuronal, pour fusionner les vidéos de Mohler avec l’encre, la texture et les photographies. La série est née du désir d’immortaliser des souvenirs, notamment de villes que Mohler a visité.

“Les lieux de la série “Painted Cities” sont tous des endroits où j’ai passé du temps pendant mes études d’art médiatique en 2018. Les vues de chaque ville refont souvent surface dans les rêves et les désirs lorsqu’on essaie d’échapper au schéma banal de la vie quotidienne ici à Los Angeles. Les villes dans mon travail sont des lieux réels, mais aussi une représentation figurative d’eux pendant quelque chose comme un état de rêve, un moment imaginatif. Une ode à la présence qu’une ville a sur une personne. Un hommage à l’architecture, aux gens et à la culture.”

Toutes les œuvres sont lentes et très détaillées, destinées à être vues passivement et à compléter l’espace plutôt qu’à attirer l’attention.

PARIS
ROME
ORANGE VATICAN

LEONARDO SOLAAS

Leonardo Solaas est un programmeur autodidacte et un artiste des nouveaux médias qui a également étudié la philosophie. Son travail explore différentes approches critiques des logiciels et de la technologie et s’intéresse notamment aux systèmes auto-organisés, aux processus basés sur des règles, à la vie artificielle, aux réseaux sociaux, à la visualisation de données et à d’autres sujets encore. Il écrit et enseigne également sur des sujets proches de l’intersection entre l’art, la philosophie et la technologie. Il vit et travaille à Buenos Aires, en Argentine.

Leonardo travaille notamment dans le cadre de trois séries d’ouvrages : “Dreamlines”, “Displacements” et “Condensations”. “Dreamlines” est une série de peintures génératives créées à partir d’images recueillies lors d’une recherche sur Internet. Les traits du tableau sont tracés par un essaim d’agents autonomes, chacun d’entre eux se déplaçant selon un chemin déterminé par les valeurs des couleurs des images d’entrée. La série “Displacements” est générée par la fusion algorithmique de deux images, où l’une d’entre elles agit comme une carte pour contrôler le déplacement des pixels de l’autre. Enfin, la série “Condensations” résulte d’une manipulation algorithmique d’enregistrements vidéos, de telle sorte que seules les parties de l’image qui changent d’une image à l’autre sont retenues, rendant ainsi visible tout ce qui bouge et ignorant le reste.

dreamlines 01

“Dreamlines” est une série de peintures génératives créées à partir d’images recueillies lors d’une recherche sur Internet. Les traits du tableau sont tracés par un essaim d’agents autonomes, chacun d’entre eux se déplaçant selon un chemin déterminé par les valeurs de couleur des images d’entrée.

dreamlines 02

dreamlines 03

dreamlines paris

CHARLES GIULIOLI

Charles Giuluili est un artiste peintre et numérique français issu d’une formation d’ingénieur de l’École Centrale. Il expose et vit de sa peinture depuis 1979, année au cours de laquelle il quitte le C.N.R.S. Charles s’envole ensuite pour les États-Unis, où il demeura pendant 7 années et sera représenté par la galerie Schlumberger. Au cours de cette période, le Centre National Georges Pompidou fait l’acquisition de deux de ses œuvres. En 2003, il découvre l’art numérique et entreprend la conception de son premier logiciel nommé “L’Œuvre Sans Fin”. Depuis lors, il s’éloigne de la peinture traditionnelle pour créer des œuvres génératives, des installations multimédia interactives et des estampes numériques. Ses autres logiciels portent le nom de “Machine à Peindre”, “Petite Mécanique”, “Lignes Sans Calcul” et “Univers Mouvant”, qui sont aujourd’hui ses principaux outils de création.

Pour créer son premier programme créatif “Machine à Peindre”, Charles a soumis à l’analyse ses œuvres sur toile. Ce programme lui a permis d’utiliser un tout nouveau médium artistique sans pour autant s’éloigner de ses créations traditionnelles, puisque celui-ci lui a permis de créer des œuvres numériques similaires à ses peintures. Peu à peu, la démarche créative de Charles s’est éloignée de sa pratique d’origine. Ses programmes lui ont permis de réinventer sa création artistique pour que celle-ci devienne le fruit de calculs mathématiques. Il envisage son art issu de son programme “L’Œuvre Sans Fin” comme un étrange composé de structure et d’improvisation qu’il compare au Jazz, sa création faisant écho à sa propre existence.

LIGNES

“Avec cet autre logiciel, “Lignes Sans Calcul”, je m’éloigne de ma peinture. L’intervention du hasard y est plus sensible encore. La ligne se dessine imperturbablement sur l’écran, toujours nouvelle, toujours inattendue.”

VOLUTES

Ces lignes sont le résultat de calculs mathématiques précis, mais effectués à partir de paramètres aléatoires, et sans intention. C’est en ce sens qu’elles sont “Sans Calcul”.

petite mécanique 03

“Une oeuvre générative se génère de façon autonome. Cette “Petite Mécanique” évoque la pensée à l’oeuvre dans notre esprit. Les couleurs et les motifs évoluent et se transforment à l’image de nos humeurs.”

petite mécanique 04

“Avec cet autre logiciel, “Lignes Sans Calcul”, je m’éloigne de ma peinture. L’intervention du hasard y est plus sensible encore. La ligne se dessine imperturbablement sur l’écran, toujours nouvelle, toujours inattendue.”

STÉPHANIE VARELA

Stéphanie Varela est auteure-réalisatrice, Docteur en cinéma ainsi qu’artiste, œuvrant à travers différents médiums visuels et invisuels, allant de la performance à la photographie en passant par la peinture. Son univers est pictural, sensuel, coloré, et se caractérise par une grâce et une poésie particulière. L’accident organique et la radiance de la « matière peinture » sont au cœur de son travail. C’est cette présence fondamentale de pigments palpables lors de la genèse des œuvres qui font toute la spécificité des réalisations de Stéphanie VARELA qui intervient plastiquement avant de donner “in fine” à ses œuvres une forme digitale.

Révélée au grand public dès sa première exposition personnelle d’envergure dans l’émission de Canal+ “Nulle Part Ailleurs”, Stéphanie poursuit une carrière artistique en France comme à l’étranger. En 2010, pour son œuvre « Readymade », elle collabore avec de grands noms tels que Pierre Tchernia, David Lynch et Jean-Pierre Raynaud… Son film “1971, Motorcycle Heat” a été sélectionné dans plusieurs festivals à travers le monde et a reçu le prix de la meilleure image au festival des Champs Élysées, PAMA 2017. Elle est aujourd’hui la référence mondiale de “La peinture animée”, art qu’elle diffuse aussi bien en galeries que sur écrans. Stéphanie VARELA réalise régulièrement des clips musicaux et publicités pour Atlantic Records, Orange… et travaille au sein des équipes caméras des séries “Bref”, “Bloqués”, “Serge le Mytho”, “Cher Journal”… mais également pour la mode (DIOR, Lancôme…). Elle est également l’auteur du livre de référence “La peinture animée, entre peinture et cinéma” consacré à cet art.

moving painting – H264

Moving Painting – H.264 narre, avec des visuels époustouflants, la genèse du Monde, de la Terre, des êtres vivants, depuis les abysses sombres jusqu’à la lumière dorée du soleil. Toutes ces cellules du vivant se cherchent et fusionnent dans une ambiance Lynchienne, mystérieuse et envoûtante soutenue par la musique du compositeur Cédric DOUHAIRE à qui Stéphanie VARELA a fait appel pour accompagner son ballet pictural.

« Moving Painting – H.264 est une œuvre puissante qui intervient à un moment charnière dans mon travail, » explique Stéphanie VARELA. Créée en 2010, cette œuvre contient en son titre le terme « H.264 ». Le « H.264 » est un format de codage pour l’enregistrement et la distribution vidéo et audio en Full HD. « En faisant place à cette nomenclature dans le titre même de l’œuvre, je prenais acte du nouveau champ d’expansion vers lequel j’allais me diriger avec mes peintures animées : le monde digital. »

sunset vibes

Sunset Vibes est une œuvre qui célèbre la nature estivale (palmiers sous le vent, ressac au soleil couchant, vagues se brisant sur le sable…). La peinture animée organique de Stéphanie VARELA entre ici en résonance totale avec ce que la « nature-artiste » peut nous offrir de plus beau. Couleurs chatoyantes, ondoiement des matières, fluidité des formes apaisantes et libres.

BPCE x artpoint

BPCE s’associe à Artpoint, start-up spécialisée dans l’art digital depuis 2019, pour soutenir la création d’art numérique et proposer des expériences artistiques surprenantes et innovantes à ses collaborateurs. Chaque mois, vous pourrez découvrir une sélection inédite d’artistes numériques venant du monde entier qui explorent une multitude de techniques allant de l’art génératif à la 3D en passant par la photogrammétrie ou encore le collage. Laissez-vous surprendre par ces artistes 3.0 qui nous transportent dans des espaces immersifs à la frontière du réel et du virtuel. Puisque les effets positifs de l’art sur le bien-être ne sont plus à prouver, nous espérons que ces parenthèses artistiques contribueront à enrichir votre quotidien et à ouvrir des opportunités d’échange.

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER.