Cake, Luzroja

Luzroja est une artiste basée à Panama City dont l’approche visuelle du monde est particulièrement émotionnelle et audacieuse. Son art est le support d’expression de ses émotions et de ses histoires, qu’elle raconte grâce aux couleurs, aux danseurs, aux conversations, aux musiques et aux paroles qui l’inspirent. La façon dont elle joue avec l’ensemble de ces éléments lui permet de transmettre via ses œuvres un sentiment d’enthousiasme romantique qui suscite une sensation euphorique de vulnérabilité. Luzroja est également fascinée par l’art vidéo et considère son travail numérique comme de la « peinture sur écran ». Son travail consiste ainsi principalement en une exploration du son et de l’image comme formant un tout.

Luzroja

Comment décrirais-tu l’art numérique ?

« Selon moi, l’art numérique est le medium qui me permet d’explorer et d’exploiter au mieux la fusion de l’image et du son. C’est le support idéal à mes yeux lorsqu’il s’agit de jouer avec différents éléments tels que la couleur, le texte, le son et le mouvement. Ce medium permet aussi indéniablement de créer plus rapidement, et nécessite d’intégrer et de maîtriser de très nombreuses techniques différentes.

Unfold, Luzroja

Ce qui est aussi particulier avec l’art numérique, c’est la façon dont les œuvres sont souvent à contempler sur des écrans. En quelque sorte, c’est comme si l’œuvre se déployait dans un monde parallèle. C’est la raison pour laquelle j’ai le sentiment que l’art numérique est pour moi le meilleur moyen de donner vie à ce qui se passe dans ma tête, dans cet autre monde au champ des possibles bien plus vaste justement. Quand j’entame un processus créatif, lorsque je rentre dans un lieu ou entends une chanson qui stimule mon imagination par exemple, j’ai en effet le sentiment que c’est grâce à l’art numérique que je vais pouvoir créer conformément à ce que je ressens. »

Qu’est-ce qui t’a poussé à faire de l’art numérique ? Qu’est-ce qui t’anime dans l’exploration des nouveaux médias ?

« A vrai dire, c’était un accident. À l’origine, j’ai fait une école d’art pour étudier le graphisme et je me souviens d’avoir eu des missions plus « traditionnelles », comme la conception d’un flyer ou d’un logo, et j’ai toujours ressenti le besoin de leur insuffler du mouvement. Je trouve les visuels statiques un peu ennuyeux à créer, et j’ai toujours besoin de plus, toujours envie de faire danser les visuels. J’ai aussi toujours été inspirée par la musique, qui est d’ailleurs ma source d’inspiration principale. Progressivement, j’ai donc commencé à ajouter de la musique à mes projets. L’objectif était de transformer ce que je ressentais en visuel, afin de pouvoir extérioriser mes sentiments et ne plus avoir à supporter la totalité de leur poids en moi. C’est ce besoin-là qui m’a naturellement guidée vers l’art numérique. » 

Quels sont tes outils en tant qu’artiste numérique ? Quelle est ta technique ?

« La plupart du temps, j’ai un concept, ou j’ai quelque chose à dire. Mes outils pour illustrer mon idée sont surtout des photos ou des vidéos que je prends avec mon téléphone ou mon appareil photo, et que je retravaille par la suite sur Photoshop et After Effects, le logiciel qui me permet d’ajouter du mouvement à mes œuvres.

The power of color, Luzroja

J’aime aussi beaucoup jouer avec les couleurs. Pour moi, les couleurs sont comme des émotions. A chaque fois que j’ajoute une couleur à une œuvre, elle a une signification particulière, une intention singulière. Le rouge me fait ressentir une chose, le bleu une autre. Si je mélange le rouge et le bleu, c’est parce que la dualité des deux couleurs m’inspire un autre sentiment. Par exemple, le rouge signifie à mes yeux force et confiance. Je me souviens d’un moment, lorsque je vivais à New York, où je vivais une période difficile, et je brûlais d’envie de me sentir forte et confiante. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi « Luzroja » comme nom, « lumière rouge », cette lumière au bout du tunnel qui m’inspirait beaucoup de courage et de force. Le jaune signifie quant à lui la joie et l’énergie, et le bleu signifie une forme de mélancolie joyeuse, et le sentiment d’être chez soi, à sa place. »

Quelle est ta source d’inspiration ?

« Ma sœur est l’une de mes principales sources d’inspiration depuis toujours. Elle est ma muse. C’est une danseuse, et la voir poursuivre sa carrière avec une telle discipline et un tel dévouement a toujours été une source d’inspiration pour moi, j’adore travailler avec elle. J’ai d’ailleurs toujours été inspirée par des personnes passionnées comme elle. Voir quelqu’un s’épanouir dans ce qu’il aime faire est un spectacle qui me touche toujours beaucoup, c’est une chose très puissante et très belle et inévitablement, c’est une expérience qui affecte mon travail, de la manière la plus positive qui soit.

Une autre grande source d’inspiration pour moi est la musique, en particulier la pop indé et la musique alternative. J’adore The XX, Tom Misch, The Cure, Javiera Mena, CLUBZ par exemple, ce sont quelques-uns de mes groupes préférés. La musique est pour moi le meilleur moyen d’exprimer des sentiments trop difficiles à verbaliser, et ce sans même utiliser de mots.

De plus, mon petit ami est musicien et joue beaucoup de pop alternative, donc je m’inspire aussi beaucoup de son travail. Récemment, nous avons collaboré sur deux morceaux, « I Just Want To Live In Love With You » et « Under My Love ». Travailler avec Van Arro et fusionner nos deux mondes a été un voyage passionnant pour nous deux. Nous nous inspirons mutuellement. »

I just want to live in love with you, extrait, Luzroja & Van Arro

Quel est ton parcours ? As-tu suivi une formation spécifique ?

« J’ai grandi à Panama City, où j’ai fréquenté un lycée catholique traditionnel. J’ai toujours su que j’aimais l’art et les choses créatives, mais dans cette école où nous n’avions que très peu de cours d’art, je n’avais pas du tout l’occasion de m’exprimer artistiquement. Je n’étudiais que des choses que je n’aimais pas. Je détestais l’école. Quand j’ai obtenu mon diplôme, je savais que je voulais explorer l’art, alors j’ai décidé d’aller dans une école d’art à Savannah, en Géorgie, et ce fut la meilleure décision de ma vie.

Je savais que je voulais être designer, travailler avec des marques que j’aimais vraiment et avec lesquelles je pourrais m’amuser. Le fait de pouvoir jouer et explorer était important pour moi. Mais en même temps, je voulais avoir l’opportunité d’exprimer mon propre style et ma propre vision. J’avais donc envie de faire quelque chose de plus artistique, et c’est l’art numérique qui m’a permis de mette un pied dans le monde de l’art et de la musique. Aujourd’hui, mon plus grand désir en tant qu’artiste est de me connecter de manière beaucoup plus profonde avec mon travail et avec le monde. J’aimerais notamment collaborer avec d’autres artistes et des personnes passionnées qui m’inspirent dans mon travail. » 

Des projets que tu aimerais mettre en avant ?

« Under my love raconte l’histoire de deux amoureux au début de leur relation. Avec Van Arro, nous voulions évoquer les sentiments d’excitation et la vulnérabilité à travers l’esthétique de l’explosion de couleurs. Les différentes couleurs et textures présentes dans cette œuvre symbolisant les montagnes russes que l’on ressent au début d’une nouvelle relation, les hauts et les bas, les moments où l’on apprend à se connaître. La vidéo se termine par une scène de montagne pluvieuse et douce, faisant référence au fait de se sentir chez soi avec l’autre. »

Under my love, Luzroja & Van Arro

Unsettled Waltz, Luzroja & Diana Cedeño, Music by Chad Lawson

« Unsettled Waltz est un petit poème dansant. Il s’agit d’une réflexion intime portant sur la notion d’isolement et basée sur le monologue interrompu qui existe en moi. Stimulée par la liberté contenue et les pensées intermédiaires d’une impulsion incertaine. Une danse vers une distance plus proche. Un souvenir rêveur. Un état d’agitation. »

Estaba Nublado, Luzroja & Diana Cedeño

« Estaba Nublado est une vidéo que j’ai créé pendant la quarantaine avec ma soeur Diana et qui retrace trois étapes de mes boucles mentales.

Au début, la chanson de Tom Misch, « Day 5 For Carol », est assez répétitive, tout comme la performance de Diana. L’atmosphère est tendue, son corps aussi et elle essaie de garder son calme, de retenir ses émotions. Plus tard, nous entendons la chanson s’estomper et « Bagdad » de Rosalia se fondre dans le morceau, à ce stade, Diana est complètement épuisée par toutes les voix dans sa tête et ses paupières se transforment en feu. Il y a une explosion à ce moment-là où elle crie de désespoir. Enfin, le morceau se termine par une scène pluvieuse où l’on voit Diana se laisser totalement aller dans les rues, évoquant ainsi un sentiment de délivrance, de liberté. »